Avis avisés : La dame de Damas

Ouvrons cette nouvelle catégorie de « critiques », en commençant par une bande dessinée que j’ai lu d’une traite, pas plus tard que ce matin.Comme j’ai pu le répéter maintes fois, je suis férue de littérature et entre autres de bande dessinés.J’aime beaucoup lire des bandes dessinés, qu’elles traitent de sujets réels ou non, dans des styles graphiques et narratifs très différents.

Bien sur,n’étant pas Crésus,je les lis dans l’une des bibliothèques de mon campus,et heureusement pour mes appétits débordants, leur stock est assez fourni.J’ai une préférence pour celles qui parlent de sujets sociétaux,plus ou moins récents et plus ou moins proches de moi.

Couv-LaDameDeDamas©Futuropolis2015

 

Première de la série,je parle aujourd’hui de la bande dessinée La dame de Damas de Jean Pierre Filiu et Cyrielle Pomés, sorti le 20 août 2015 aux éditions Futuropolis.

On suit la vie de Karim et da sa famille, opposé au régime de Bachar Al-Assad,et de Fatima,dont Karim est amoureux mais qui va devoir épouser un partisan du régime dictatorial.

L’histoire commence en 2010, et se finit en 2012, et on suit du point de vue de Karim les événements de ces deux années : les bombardements, les préparations de manifestations, les massacres, l’aide demandée à l’ONU ( qui n’a rien fait pour aider ces pauvres gens),les tentatives de médiatisations du problème, l’indifférence des Etats Unis et la Russie qui arme les soldats de Bachar Al Hassad,les executions de membres du régime filmés,…

la-dame-de-damas-jean-pierre-filiu-cyrille-pomc3a8s-rc3a9volution-c3a9gyptienne

Cette bande dessinée m’a fait comprendre une chose essentielle, que je n’avais pas comprise à l’époque, un peu par naïveté sans doutes : je pensais qu’il n’y avait que des islamistes contre Bachar Al Assad dans le conflit, et que quoique serait le dénouement du problème, rien ne serait mieux,mais apparemment, au début du conflit et sans doute encore maintenant, la révolte a été crée par des jeunes, et voulaient que la révolution se fasse de façon non violente, car pour eux répondre par la violence à la violence les mettaient au même niveau que le tyran qu’ils souhaitaient voir s’en aller.Ce n’est que plus tard qu’une partie des révolutionnaires lassés de ses méthodes qu’ils jugeaient inefficaces ont décidés de prendre les armes et de combattre le régime tyrannique, en évoquant la religion.Je ne saurais pas dire s’ils sont islamistes ou pas, mais dans la bande dessinée ils sont vraiment présentés comme des personnes violentes qui tout autant les gens favorables au régime dictatorial que des gens n’étant pas de la même confession religieuse qu’eux.

DAME-DE-DAMAS-22

Parallèlement aux événements politiques, on suit aussi l’histoire d’amour entre Karim, le personnage principal de l’histoire, étudiant en médecine,et de Fatima.D’abord mariée à un homme proche du régime dictatorial,ce n’est qu’après qu’il soit tué par le frère de Karim,qu’il la prendra en charge,elle et ses deux enfants, les plaçant dans un appartement abandonné par les habitants ayant fui la violence de la guerre,ils vont s’y aimer en secret, puis décider de se marier pour pouvoir officialiser leur relation,malheureusement du fait que le régime despotique est bombardé le quartier de gaz neurotoxiques la veille de leur mariage, ils ne pourront jamais se marier.

Sur le plan purement graphique, j’aime beaucoup le style assez réaliste, qui n’hésite pas à représenter des scènes violentes,ainsi que les couleurs : le rouge, le beige, le blanc et le noir,qui permettent de rentrer encore davantage dans l’ambiance du Damas de ces années de guerre,dans une atmosphère chaude et comme ensablée.

La narration et les dialogues sont vraiment intéressant,et ils permettent de présenter les événements de façon assez détaillé sans pour autant que ça ne soit ennuyeux.

Personnellement, j’ai trouvée cette bande dessinée très intéressante,elle m’a beaucoup chamboulée, et elle a réussie à me faire réfléchir au fait que la plupart des médias occidentaux présentée le conflit comme la guerre des islamistes contre le régime de Bachar,ou avec un immense je m’en foutisme.J’ai ressenti comme de la honte de ne m’être jamais vraiment intéressé plus que ça au conflit,ainsi qu’une grande solidarité envers ces hommes et ces femmes qui meurent parce qu’ils souhaitent seulement une société plus juste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :