Le féminisme et moi

 

Logo féminisme journal des luttes

Je ne me considère féministe a proprement parlé que depuis très peu de temps, et d’ailleurs ce terme au sens ou la majorité le comprend ne me satisfait pas du tout.

Pour beaucoup, la féministe est une vielle fille aigrie, qui déteste les hommes et voudraient les voir brûler sur des bûchers, qui passent son temps à boire du thé bio, en léchant le minou de ses copines féministes.

Pour moi, une féministe est une personne autant un homme qu’une femme, qui se bat pour avoir les memes droits que les hommes, mais combat aussi les inégalités globales qui incombent à tous,pour vivre dans un monde meilleur. En cela elle luttera pour un salaire égal aux hommes par exemple, mais aussi pour une augmentation des salaires pour tous.

Etant petite fille, je jouais avec des jouets dits «  de fille » : Barbie,poupées, dînette, et je me souviens déjà petite tenir tete à mon père quand il racontait des blagues machistes.

Ma figure masculine de référence ( mon père) s’est toujours conduit comme un oppresseur envers les femmes de son entourage : manipulant, frappant et dénigrant ma mère,puis la ribambelle de belles mères que j’ai eu,manipulant ouvertement sa mère,et se considérant toujours comme le meilleur de la famille.

D’abord, j’ai voulu tout faire pour lui plaire, en obéissant au doigt et à l’œil de ce tortionnaire vicieux, qui en me manipulant avait réussi à faire que je dénigre ma mère, pensant qu’en étant aussi mauvaise qu’il pouvait l’être, il m’épargnerait, et serait clément avec moi.Puis, un jour, j’ai eu un genre de déclic, et je suis repassée du coté de ma mère, et j’ai commencé à faire naître la haine, que je continue de ressentir pour ce misérable individu.

Petit à petit, l’adolescence arrivant ma haine s’est décuplé, et au gré de rencontres, j’ai pu m’apercevoir que le sort des femmes n’était pas que d’être des femmes au foyer, dociles et obéissantes, je me passionnais pour des figures telles que Calimity Jane, Marie Curie, ou George Sand.Et j’ai peu à peu compris que tout faire pour lui plaire était inutile puisqu’il est incapable d’aimer, ou de considérer quelqu’un,alors j’ai tracée ma route, et suis partie en section littéraire au lycée, malgré ses injonctions pour que je sois une scientifique, et ait continué des études de langues.Aujourd’hui, je n’attends plus rien de lui, et le voit le moins possible, car de devoir le voir me rend toujours malade, et je n’ai pas peur de le dire : j’ai peur de mon père

C’est avec mon père que j’étais allé à ma première manifestation, et malgré lui il m’avait ouvert à un monde très ouvert, et dont les discours me fascinaient.

Je peux aisément critiquer ces mouvements gauchistes bien trop utopiques, mais il est vrai qu’à une époque de ma vie, je me définissais comme communiste, et c’était vraiment mon monde.

J’ai toujours été active politiquement, que ce soit dans un parti, puis plus tard, sans, puisque je pris la décision de ne plus voter,et je ne saurais pas vraiment dire quel fut le « déclic » qui me fit comprendre que j’étais féministe au fond de moi.

Malgré mon ouverte d’esprit,je n’étais pas vraiment féministe, jusqu’en fac, ou je n’hésitais pas à juger les autres, par leur apparences, alors que je prônais le droit de se vêtir comme bon nous semblait.. Je jugeais les filles habillées de façon trop sexy de « putes », de « salopes », éprouvant un genre de jalousie en y repensant, car à l’époque, j’avais un physique disgracieux, et ne voulait pas du tout me sentir femme : je me cachais sous des vêtements amples, je ne me maquillais pas, je ne prenais pas soin de moi, et fuyait le contact.Je me permettais ce genre de jugement aussi, car j’habite dans une ville où s’habiller différemment du lot, ou de manière un peu trop féminine est considérée comme une incitation au viol,alors durant l’adolescence j’ai préférée me cacher que de vivre pleinement ma féminité.De plus, mes sœurs aînées faisaient partie de la norme, et se moquaient de moi lorsque j’adoptais un look rock/punk/goth/emo/metalleuse,et me fustigeait de remarques assassines lorsque je portais des collants résilles ou une mini jupe.Je les détestais à l’époque,me sentant incomprise, mais aujourd’hui, je comprends que c’était pour me protéger.

Il n’empêche qu’en rentrant en fac, j’ai pu connaître d’autres personnes, venant de lycées d’horizons différents,mais c’est surtout grâce au blog que j’ai pu découvrir des personnes qui me semblaient vivre sur une autre planète, et qui m’ont fait comprendre petit à petit l’importance de l’age «  c’est mon corps,j’en fais ce que je veux » D’abord, pour les modifications corporelles,j’ai toujours été très ouverte la dessus, mais c’est en découvrant qu’il existait des femmes tatouées et percées à l’extrême, comme Amy the Warrior Kitty,que je me suis dit qu’une femme peut être aussi tatouée qu’un homme et dispose de son corps comme elle l’entend, et qu’elle en a rien à faire de l’avis des autres.

13095849_622079114616263_1487052947812878477_n

 

12967952_1047423251995408_3081138446291549692_o

Deuxièmement, sur les poils, ça peut paraître risible, mais dans ma tète, il y avait un énorme clivage jusqu’à peu entre hommes et femmes niveau pilosité. Laissez moi vous expliquer, j’ai toujours trouvé hyper sexy un homme avec une grosse barbe, le torse, les bras et les jambes velues, ainsi que le pubis, alors pour que je trouve une femme attirante, il fallait qu’elle soit rasée de près, pas un poil nulle part et SURTOUT pas sur le pubis. Ca me dégoûtait vraiment et le criait haut et fort.Mais en parcourant Facebook, et sa multitude d’artistes, j’ai pu croisé Dessine moi une guimauve, qui colore même ses poils d’aisselles, et en lisant les commentaires sous cette photo, dont certains étaient haineux, j’ai souri d’abord en me disant qu’ils avaient raison, que les poils c’est dégleu, même en y ajoutant des paillettes et en les teignant.Puis je me suis mise à la place de cette personne, et je me suis dit que c’était injuste de se permettre un jugement sur elle alors que justement c’est son corps à elle, elle en fait ce qu’elle veut.C’est aussi grâce à mon frère qui a fait son coming out trans il y a de ça moins d’un an, et grâce à lui, j’ai pu entré un peu dans ce « monde », que je connaissais mal, et j’ai pu rencontrer des MTF et des FTM, de tous ages, de tous horizons, avec des parcours différents.Et c’est grâce à ces rencontres, que j’ai commencé à remettre en question beaucoup de choses qu’on m’a inculqués depuis petite : par exemple qu’avoir des poils était un signe de virilité, et qu’avoir de la poitrine, ou s’habiller de façon féminine voulait automatiquement dire que tu étais une fille.J’ai compris que tu pouvais naitre dans un corps et être défini d’un sexe, mais ne pas te sentir à ton aise et vouloir être défini, d’un autre sexe, d’un autre genre, … Je suis encore loin d’être experte,mais je suis passionnée par ses sujets, comme j’ai pu l’être de l’homosexualité, de la lutte contre l’homophobie, quand mon frère (se genrant encore au féminin) m’avait annoncée son homosexualité.10329313_10208931978964975_7553049889912562604_n

12916326_10209027888562655_6419613950354877011_o

Dans le même temps, je me suis abonnée à la page Body Maudit sur Facebook,ou en plus de poster de fabuleuses photos de tatouages, ils ont un glossaire  de termes que je ne connaissais pas pour la plupart,et connaître de nouveaux mots a permis de mettre des noms sur des choses que j’avais pu faire par habitude, par copie, et en comprendre toute la bassesse, comme le body shaming ( discriminations envers une personne a cause de sa morphologie), le slut shaming (fait de faire culpabiliser, de discriminer une femme à cause de ses expériences sexuelles, ses tenues vestimentaires, son apparence, la jugeant trop sexuelle), la grossophobie ( haine des personnes grosses)

Voila pourquoi j’estime qu’il y a autant de féminismes qu’il y a de féministes ,j’estime que chacun d’entre nous a sa manière d’exprimer ses revendications, et qu’aucune ne prévaut sur l’autre,par exemple je soutiens les Pussy Riot,et j’aime aussi la façon dont Beyoncé se fait icone féministe en ce moment.Pour moi, être indépendante et s’habiller de façon sexy ne compromet pas le message, comme celles qui se battent habillées pour leurs droits.

 

13055486_780677352032099_6510046310166910528_nJe me sens aussi très proche du mouvement FEMEN, car meme si elles peuvent être radicales, j’estime qu’elles ont de bons messages, et le fait d’être seins nus rend leur démarche encore plus percutantes.

Par exemple, je me considérais comme aimant les personnes alternatives, mais c’est en lisant un des articles qu’il avait partagé  que j’ai compris que trop souvent les personnes mises en avant sont des personnes blanches, hétérosexuelles, minces, assez aisées, et cisgenres,et en cela, se fondent dans un espece de moule crée spécialement pour les personnes dites alternatives.

10366202_791187687618967_72167986924279891_n11863249_900256163378785_2846274037795595514_n
11109699_884095834994818_6827888306604804787_o1939887_865000580237677_555454771852464085_n

Je reconnais que jus-qu’il y a peu de temps,mes modèles faisaient partie de ce moule, mais aujourd’hui, en ayant saisi cela, je vais tacher de présenter des personnes qui me semblent alternatives selon MES propres critères.

 

Cette page m’a ouverte sur le fait que des personnes rondes, ou en surpoids sont aussi belles que les autres,et méritent tout autant d’être sous les feux des projecteurs, et cela vaut pour toutes les minorités que même les gens alternatifs n’aiment pas , ne trouvent pas belles et/ ou ne connaissent pas (http://fats.tumblr.com/)

13094307_1059945257409874_5298128061377156820_n

Aujourd’hui, mon moto est vraiment celui là, « Chacun dispose de son corps comme il l’entend, et celui qui juge ne devrait pas se le permettre » En pratique, cela veut dire que j’estime que chaque individu a le droit d’être du sexe et du genre qu’il veut,que les femmes puissent avorter quand elles le souhaitent et aient accès à une contraception efficace et gratuite toute leur vie, qu’elles puissent travailler et avoir le même salaire à poste égal, qu’elles ne soient pas forcées de se marier à un age ou on ne pense qu’à jouer, qu’on ne les oblige pas à se faire exciser,…

J’estime qu’une féministe lutte pour ses droits mais est concernée et doit lutter pour les droits de toutes les femmes du monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :