Le Service Civique Obligatoire

Depuis quelques années, le lycée environ, je m’intéresse assez à la politique.Pour vous faire un petit récapitulatif historique, je suis née dans une famille globalement de gauche. Mon père a toujours été plus ou moins communiste, et c’est avec lui que je suis allée à mes premières manifs, et je devais avoir une douzaine d’années. Ma mère a toujours été plus discrète sur ses orientations politiques, jusqu’à peu où elle a décidée de se syndiquer et d’aller plus souvent à des manifestations.

Ils sont globalement assez ouverts d’esprits,mais je le suis davantage, du fait de ma génération, de ma rencontre avec des gens dit « alternatifs », qui ne venaient pas du meme milieu socio-culturel.

Tout au long de mon adolescence, j’ai défilée pour de nombreuses causes : la réforme des retraites,contre le nucléaire,la loi Macron,et plus récemment la réforme du Code Travail.Et c’est lors de ces actions où je me suis vraiment impliquée pour la première fois : je suis allée à toutes les manifs,et ait passé beaucoup de temps à Nuit Debout Grenoble, et j’étais terriblement surprise de comment les gens s’organisaient pour faire vivre des genres de minis villes…

Dans ma ville, la mobilisation s’est essouflée pendant l’été,Nuit Debout devenant juste un genre de grand squat à ciel ouvert où tous les zonards se retrouvaient pour avoir de la nourriture et un endroit pour dormir sans risque de se faire expulser.

Je suis partie de fin mai à fin aout en vacances, et en revenant, me promenant à la fac, quelqu’un m’a tendu un flyer qui parlait de Service Civique Obligatoire, et ce qui me rendait un peu folle, c’est que je n’en avais jamais entendu parler de tout l’été…Du burkini ( débat de merde), des grèves des agriculteurs laitiers, mais rien là dessus.

Et sans vraiment savoir ce que c’était, je n’ai pu m’empecher de faire un lien avec le STO (Service du Travail Obligatoire), mis en place pendant l’Occupation de la France par l’Allemagne nazie.Evidemment ce n’est pas la même chose, pas le même contexte, mais je trouvais bon d’exploiter ce parallèle pour la manifestation du 15 septembre, pour frapper les esprits, et que les gens coprennent bien qu’il est HORS DE QUESTION, que ce projet passe.

service_1_730_390

D’après ce que j’ai compris de cet amendement,il impose 9 mois ( voir 15)  en tout de service civique obligatoire, dont trois mois consistant en « classe républicaine », nom fleuri pour ce qui semble un bon bourrage de crâne en puissance, puis six mois de service civique a proprement parlé, effectuable dans de nombreux services, administrations,d’associations, de services publics ou d’entreprises de l’ESS

Tout ceci est très joli me direz vous mais  elle serait indemnisée « indemnisée » 470 euros par mois et non-régie par le code du travail et donc sans aucune protection salariale (chômage, retraite…). La durée de travail d’au moins 24h, pourra aller jusqu’à 48h par semaine, ce qui fait 2,44 euros de l’heure. L’indemnisation est nettement inférieure au seuil de pauvreté, fixé en France à 800€ : elle ne permettra en aucun cas aux jeunes de se loger, de se nourrir, et de vivre pendant ces 6 mois d’emploi déguisé. Le contrat peut s’étaler entre 6 et 12 mois

Il faut savoir aussi que si des jeunes faisaient le choix de s’y soustraire, il risquerait une amende de 15 000 euros, comme celle que l’on devait payer si l’on refusait de faire son service militaire

 Il représente une forme de précarisation aggravée des jeunes et des étudiant-e-s, d’inégalité sociale majeure, et est une atteinte fondamentale aux droits des salarié-e-s, avec une « indemnisation » deux fois inférieure au seuil de pauvreté.

Petite parenthèse de paroles rapportées de Martin Hirsch : « 

Martin Hirsch n’est pas loin de penser la même chose. Le père du service civique désapprouve à la fois la prise en charge militaire, car « on ne répond pas à la jeunesse par la nostalgie », et la création d’un service imposé, car le volontariat « n’est pas boudé » : seul un jeune sur quatre désireux d’effectuer une mission de service civique trouve aujourd’hui preneur.

Pour lui, il convient en premier lieu de répondre à la demande. Pour « lier davantage » les jeunes « aux symboles républicains », il propose plutôt l’instauration d’« une cérémonie solennelle de remise d’attestation » dans les mairies. »

D’abord, je connais pas beaucoup de gens nostalgiques du service militaire,et de deux, qu’est ce que c’est que cette mascarade de « cérémonie solennelle » ? Il te délivre quoi à la fin ton diplome de bon mouton, qui dit Amen à tout ce que fait ton gouvernement, et qui est un bon petit français, fier de son identité, ou je ne sais quel baratin auquel je préfère encore mourir que d’adhérer un jour.

rené-le-honzec-service-ciique

On peut y voir aussi des similitudes avec le service militaire, qui a été obligatoire en France de 1798 à 1996, tous deux te forcent à faire des tâches ingrates en étantsous payer( et pour nuancer mon propos, il faut savoir que la solde d’un conscript était de 200 francs par mois, soit 30 euros, donc le service militaire était sans doute bien pire).La seule différence étant qu’avec le service militaire, tu pouvais passer un permis et même apprendre un métier. Je ne suis pas pour la remise du service militaire obligatoire, mais parfois je me dis que ça pourrait être une bonne alternative à la prison : être encadré par des militaires, et avoir la possibilité d’apprendre un métier, et à respecter l’autorité, en étant obligé de faire un service aussi long qu’une peine de prison. Evidemment, au fond, je ne pense pas que ce soit ça qui résolve les problèmes de délinquance, et de criminalité, mais ça pourrait au moins désengorger les prisons. Mais de ce que j’ai pu lire, je ne souhaite pas vraiment ça à quiconque parce que beaucoup d’hommes en sont revenus traumatisés psychologiquement et/ ou physiquement

Comme je l’ai dit plustotdans l’article,j’ai un peu beugé en lisant le flyer parce que je croyais qu’ils avaient réutilisé le même nom pour ce nouvel amendement que celui qu’avait utilisé tonton Adolf et ses compères pendant la Deuxième guerre mondiale.

872378712_small

Si comme moi, vos cours d’histoire remontent à un certain temps, et qu’ils vous semblent qu’on a un peu fait l’impasse là dessus, voilà quelques éléments historiques :

Le STO (Service du Travail obligatoire) commence officieusement dès l’automne 1940, où des volontaires d’origines étrangères ( soviétiques, polonais et italiens) choississent d’aller en Allemagne pour travailler. C’est aussi à cette époque qu’on procède à des rafles de main d’oeuvres dans la région Nord Pas de Calais.Mais, le III ieme Reich ayant besoin de davantage de main d’oeuvre, il charge Fritz Sauckel, surnommé «  le négrier de l’Europe », dès le 21 mars 1942 de ramener des travailleurs en Allemagne par n’importe quel moyen.Il s’intéresse particulièrement à la France.

Sa nomination arrove en même temps que le retour au pouvor de Pierre Laval, qui a remplacé Darlan, qui avait refusé d’envoyer 150 000 ouvriers qualifiés,alors que 100 000 étaient déjà partis en Allemagne.

Au cours des années 42 et 43, les discussions pour répondre aux exigences de Sauckel, sont plutot houleuses.

Le STO en Europe de l’est est institué par un Anordnung de mai 1942, Sauckel demande 250 000 travailleurs supplémentaires avant la fin du mois de juillet 42.Après de longues négociations, ils établissent un systeme de « releve » : un prisonnier doit être libéré pour trois hommes envoyés en Allemagne, voulant participer à l’effort de guerre allemand.Le manque de succès de cette mesure( seulement 17 000 volontaires fin aout), sonne la fin du volontariat : le 22 aout 1942, Sauckel indique par une directive qu’il faut recourir au recrutement forcé, et en décembre 1942, l’objectif initial est atteint.Mais cette politique suscite de nombreuses réactions de protestations ; comme en octobre 1942 à Oullins dans la banlieue lyonnaise, qui durera 4 jours, si bien que le 1er décembre 1942, seuls 2500 ouvriers ont quittés la zone sud

Hitler ordonne quinze jours plus tard, que 300 000 ouvriers allemands soient versés dans l’armée, ce qui implique que Sauckel, en plus des 240 000 ouvriers déjà partis, réclame un nouveau contingent de 250 000 hommes.Pour satisfaire à sa demande, Laval instaure le Service du Travail Obligatoire le 16 févirer 1943.Le recrutement se fait par classes d’âges entières, les gens nés entre 1920 et 1922 sont obligés de partir travailler en Allemagne,et dans leur cas il s’agit d’un substitut au service militaire.La classe de 1942 est la plus touchée, et les exemptions iniatialement promis aux étudiants et aux agriculteurs disparaissent dès juin 1942. Les femmes sont elles aussi théoriquement concernées par le STO, mais par peur des réactions de la population et de l’Église, elles en seront exemptées.

Parfois les victimes sont prises dans des rafles de la Milice ou de la Wehrmacht.On met aussi en place dès 1944, des Groupes d’Action pour la Justice Sociale,chargées de traquer les déserteurs contre de l’argent, et parfois d’enlever de la main d’oeuvre en pleine rue

Entre juin 1942 et aout 1943 près de 600 000 hommes seront partis.Le 23 avril 1943, les Allemands demandent 120 000 ouvriers en mai et 100 000 en juin, puis en exige 500 000 autres en août. Ces objectifs ne seront jamais atteints, car les déserteurs sont de plus en plus nombreux, ce qui peut s’expliquer par le développement des maquis.

Mais tous les déserteurs ne prennent pas le maquis,certains choisissent juste de se cacher dans des endroits isolés, travaillant souvent pour des paysans complices.

À la fin de 1944, alors que la France est presque entièrement libérée par les Alliés, environ deux millions de Français se trouvent encore en Allemagne et la plupart travaillent plus ou moins pour le Reich. Parmi eux, on dénombre un million de prisonniers de guerre. Une seconde catégorie de 200 000 hommes est formée des anciens prisonniers de guerre qui ont choisi le statut de « travailleur libre », soumis aux lois nazies. Ils ne sont alors plus protégés par les conventions internationales. La Convention de Genève de 1929 prévoit à l’article 27 que les prisonniers de guerre, militaires du rang de 2e Classe à Caporal-Chef peuvent être mis au travail par la Puissance détentrice. Par ailleurs, 600 000 travailleurs du STO forment la troisième catégorie. Quant aux travailleurs partis plus ou moins volontairement, ils sont environ 40 000. À cela, s’ajoute une autre catégorie de « travailleurs » pour l’Allemagne : les Alsaciens ou Lorrains, enrôlés sous l’uniforme allemand dans le cadre du Reichsarbeitsdienst ou Service National du Travail obligatoire pour les garçons et les filles entre 17 et 25 ans. 

Pour parler un peu des conditions de vie de ces travailleurs, je peux vous citer quelques chiffres clés :on leur demandait souvent de travailler 12 heures par jour, la sous alimentation était de rigueur,ils pouvaient souffrir du froid, de la faim, de mauvais traitements,et de maladies diverses.

Bien sur, le STO était beaucoup plus difficile, et seul le caractère obligatoire, et la notion de propagande permettent de faire un parallèle entre ces deux services obligatoires.

Je peux paraitre une sale bobo alarmiste, en comparant ce Service Civique obligatoire au Service Militaire, et au STO, mais j’avais besoin de tirer la sonnette d’alarme, parce que je trouve qu’on en parle pas assez dans les médias… On nous a bassinés tout l’été avec les Jeux Olympiques, le burkini et l’Euro de foot pour mieux cacher  ce que ce gouvernement préparait… Ce n’est que mon avis et vous avez le droit de ne pas le partager, mais personnellement je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour éviter de devoir faire ca… Je préfère encore largement trouver un « vrai » boulot payé décemment,qui me permet de cotiser à ma retraite (tant soit il que j’en ai une un jour mais c’est un autre débat)…

Ce qui me gene profondément avec cette loi c’est son caractère obligatoire, et le fait que le salaire soit ridicule, et qu’il ne permette pas de vivre, alors qu’il est obligatoire de faire une parenthèse dans ses activités professionnelles lorsque l’on a trouvé un « vrai » travail pour l’accomplir, et bien entendu le fait qu’il faille payer une amende faramineuse si on s’y refuse.

Arbeit macht frei était la devise écrite sur les camps de concentration.J'ai ajoutée le

Le S.C.O ( Service Civique obligatoire) comparé au S.T.O. ( Service du Travail oblogatoire).Je sais qu'ils n'ont rien à voir mais cela va frapper les esprits

Sources : http://www.solidaires-etudiant.org/blog/2016/07/01/service-civique-obligatoire-volontariat-force-et-vacances-en-jdc/4

http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/3851/AN/524.asp

 http://www.universalis.fr/encyclopedie/service-du-travail-obligatoire/

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :