La violence conjugale faite aux hommes

J’ai eu l’idée  de parler de ce sujet en regardant une interview d’un homme victime de violences conjugales qui passait sur Salut les terriens.

Mon histoire est très liée avec le problème de la violence conjugale : mon père a été très violent envers ma mère pendant une vingtaine d’années, ce qui a fait que je suis très sensible à ces problématiques.

Je me suis rendue compte que  beaucoup d’associations luttent contre les violences faites aux femmes,  alors que peu ou pas luttent contre celles faites aux  hommes.

Bien sur au début, j’étais pleine de préjugés, je me disais que ce n’était pas un vrai problème, que ces hommes étaient justes trop faibles pour lutter contre leurs compagnes, qu’ils étaient faibles de ne pas les corriger,puisqu’au fond c’était eux les dominants non ?

 

Et que c’était sans doute anti féministe de le condamner,puisqu’après tout, elles ne faisaient que reproduire le schéma ancestral dont sont victimes les femmes depuis la nuit des femmes, et qu’elles prenaient simplement leur revanche envers la gente masculine

Mais, depuis quelques temps, je fréquente d’autres milieux, d’autres gens, et je prends conscience que c’est un vrai problème, et que c’est hypocrite de se battre, de s’indigner contre les violences faites aux femmes,mais pas contre celles faites aux hommes. A mon sens,  toutes les violences sont à bannir, quitte à passer pour une hippie.

Pour commencer parlons chiffres : environ 150 000 hommes ont été victimes de violences conjugales en 2012 et 2013, en comparaison sur la même période 400 000 femmes en ont été victimes, les hommes représenteraient 27% des cas de violences, et 17% des cas mortels.

On peut donc modifier la phrase tristement célèbre  » tous les trois jours une femme meurt sous les coups de son mari » par «  tous les 15 jours un homme meurt sous les coups de sa conjointe »

En parler reste assez tabou, même si quelques hommes osent en parler à visage découvert, mais proportionnellement quand 10 femmes sur 100 déposent plaintes, seuls 3 hommes sur 100 osent se tourner vers la justice.

C’est peut être dû au fait, qu’alors que la lutte contre les violences faites aux femmes fait l’objet de campagnes très médiatisés, il existe très peu de structures qui s’occupent des hommes : la première association destiné aux hommes, « SOS Hommes battus » a été crée en 2009.

 

D’après les chiffres de l’ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales), le profil des hommes et femmes battu(e)s sont similaires : entre 25 et 45 ans, vivent en couple, sans être mariés, et ont des enfants, mais si les femmes battues ont tendance à être peu ou pas diplômés, les hommes quant à eux ont tendance à être diplômés de l’enseignement supérieur.

Mais il est à noter que les études sur les femmes auteurs de violence conjugale manquent, et les seuls chiffres dont on dispose sont les recensements de morts violentes au sein du couple effectué chaque année par le ministère de l’Intérieur.Mais ces informations sont à double tranchant : ces chiffres ne représentent que la situation la plus extreme, et ne repose que sur l’étude de 25 cas en 2013, ce qui reste assez peu pour se faire une idée, qui ne serait pas biaisée.

Grâce a ces chiffres, on peut en sortir un portrait type : une femme le plus souvent mariée, entre 50 et 60 ans, et qui n’exerce pas ou plus d’activité professionnelle.On peut dégager le fait que la plupart des femmes utiliseront une arme blanche, alors que les hommes utiliseraient davantage d’armes à feux, ainsi qu’une liste de raisons évoquées pour le passage à l’acte: les disputes, la maladie de la victime ou de l’auteur(e), la jalousie, la folie, la dépression, les violences subies, le refus de la séparation, les difficultés financières

 

En 2013, sur les 146 personnes décédées, 25 étaient des hommes. A chaque fois, il s’agissait de meurtre ou d’assassinat, et non pas d’homicide involontaire. Preuve que la violence délibérée est bien présente des deux côtés, que l’on soit homme ou femme.

 

Au delà de tous ces chiffres, il faut prendre conscience que la violence conjugale par n’importe quel individu est une réalité, et un fléau, et qu’elle doit être combattue.

Sincèrement, je pense qu’on doit  le respect à  tout être sentient ou non sentient, et que rien ne justifie ou n’excuse de maltraiter, d’humilier, de violer qui que ce soit.

D’autant plus, aujourd’hui, ou la Russie va bientôt dépénaliser la violence conjugale par souci de « préserver la structure familiale », non mais quelle connerie!

Et si jamais une personne victime de violences lit cet article, je n’aurais qu’une chose à vous dire : « Ne subissez plus ça, et essayez de vous en sortir, vous ne serez jamais seul(e)s, prenez contact avec des associations, parlez en à vos proches, vous ne méritez pas ces violences, et ce n’est pas de votre faute »

Vidéos : 

 

Sources :

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/10/hommes-battus-des-chiffres-pour-comprendre-une-realite-meconnue_4613224_4355770.html

Site de l’association « SOS Hommes battus »

http://soshommesbattus.over-blog.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :