Heartbreak High

Il y a quelques jours j’ai finie en deux jours la premiere saison de Heartbreak High ( Hartley coeurs à vif en VF).

Je l’ai binge watché en meme pas deux jours, et ça a été une des meilleurs découvertes de 2022. C’est en écrivant cet article que j’ai découvert qu’il s’agissait en fait d’un reboot d’une série des années 90, mais je ne l’ai jamais regardé, ni n’avait entendu parler de son existence, donc je ne peux pas faire de comparaison entre les deux versions.

On suit donc les aventures d’Amerie, jeune lycéenne racisée, qui voit son monde s’écrouler quand le graffiti, regroupant toutes les activités sexuelles de ses camarades, qu’elle a fait,elle et sa meilleure amie Harper, est dévoilée, et qu’elle prend tous les torts sur elle, vu qu’Harper ne lui parle plus.

On suit donc ses aventures, et celles de ces camarades de classe, et en toile de fond, on suit les cours d’éducation sexuelle proposé par une professeur du lycée afin de leur inculquer les bases d’une sexualité saine, qui respecte le consentement de chacun.e.

J’ai trouvée cette série très prenante car il parle de beaucoup de sujets dont on parle encore peu dans les séries de nos jours.
D’abord, c’est une des seules séries que je connais qui présente un personnage autiste, et queer, Quinnie et où le personnage est joué par une personne effectivement autiste. Et ça m’a fait du bien de voir une femme (c’est hyper rare de voir des personnes autistes femmes) et que sa représentation ne tombe jamais dans le cliché. Dans cette série, elle est mon personnage préféré parce que je me reconnais totalement en elle. La relation qu’elle noue avec Sasha, jeune fille asiatique, qui a du mal à comprendre les tenants et les aboutissants de son TSA, et qui la traite comme si elle n’était pas responsable de ses actes, est aussi un bon aperçu des difficultés qu’on peut avoir, nous les personnes neuro-atypiques à relationner avec des personnes neurotypiques.
Ensuite, parce qu’on nous présente Darren, un personnage non binaire, racisé.e, dont les parents sont fier.e.s mais ils ont du mal à lui faire comprendre, et à communiquer avec lui. Darren quant à lui, un peu à l’instar d’Eric dans Sex Education s’éprend d’un mec qui deale de la drogue et qui semble rentrer dans beaucoup de clichés masculinistes, mais qui en fait est gay et surement asexuel.
Dans la série, on parle également de violences policières, car un des personnages à la sortie d’une fête se fait violenter par des flics, et la série montre le syndrome post traumatique dont il souffre après, et comment retourner sur la terre de ses ancêtres dans le bush va l’aider à aller de lavant.

C’est donc un savant mélange entre Skins, pour le coté clan d’ados qui prend de la drogue, fait la fête et Sex Education, parce qu’iels sont actif.ve.s sexuellement, et qu’on traite beaucoup de choses dans la série, que ce soit au niveau pratiques sexuelles, consentement, nudes,… Des sujets qui méritent une meilleure visibilité et qui sont traitées avec décence et respect, et ça fait vraiment du bien.

Je ne peux que vous la recommandez chaudement !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s