Mes réflexions sur les relations libres

Depuis quelques semaines, j’avais envie d’écrire sur le sujet des relations libres, tout en précisant qu’il s’agit de mon point de vue personnel, et qu’il n’engage que moi.

J’ai commencé les relations libres en 2016, et j’ai fréquenté tour à tour plusieurs personnes. J’ai très vite adopter le raisonnement que l’amour ne se divise pas quand on le partage, mais qu’au contraire il se multiplie, que le couple exclusif est une prison, dorée, mais prison tout de même. Mais aussi que la jalousie, et la possessivité sont des comportements toxiques, qui n’ont plus de raison d’être dans les relations libres.

Mais il y a quelque temps, j’ai commencé à me demander si je ne m’étais pas lancée dans cette aventure pour de mauvaises raisons : juste avant de me lancer là dedans, je sortais juste d’une relation exclusive à distance dans laquelle je m’étais beaucoup impliquée, et en y repensant je crois que j’ai commencée à fréquenter plusieurs personnes à la fois, parce que j’avais peur de souffrir, et de m’attacher. Je me suis même demandé si je n’étais pas aromantique, car je ne pense n’avoir jamais été amoureuse des différentes personnes que j’ai pu fréquenté. Ressentir de l’affection, de l’attachement, sans doute, mais pas de l’amour.

Mais, depuis un moment, l’envie d’être en relation exclusive, remonte en moi, mais ce serait pour la bonne personne. Une personne qui me plait, pour qui je serais capable de développer de vrais sentiments amoureux. Ca me terrifie autant que j’en ai envie, ça me fait surtout dire que mon cœur n’est pas définitivement mort, et que je suis peut être capable d’être de nouveau amoureuse.

Mais, même si je retourne à un schéma de relations exclusives, je pense que je suis assez forte pour ne plus ressentir de jalousie maladive, ou de possessivité, et que je suis capable de refaire confiance.
Cette période de liberté m’a permis de savoir ce que je voulais, ce que je ne voulais plus, ce que je suis capable d’accepter ou non.

Mon expérience personnelle ne doit pas décrédibiliser les formes de relations libres, parce que je suis toujours convaincue que pour certaines personnes, c’est le mode de relation le plus sain, mais j’ai compris que ce n’était pas forcément le cas pour tout le monde, et que ça n’a rien de grave en soi.

Pour moi, ça a surtout été une période de stress émotionnel, parce que j’avais l’impression de devoir me couper en quatre, et de devoir trouver du temps pour voir chacun.e de mes partenaires à temps égal, ce qui n’a jamais été facile, entre celleux qui trouvaient que je ne les voyais pas assez, celleux qui pensaient que je voyais trop les autres, et celleux que je ne voyais que si j’en faisais la demande et jamais l’inverse.

Depuis plusieurs mois, je suis seule, et même si la solitude peut me peser, c’est aussi un grand soulagement de ne plus me sentir tiraillée, et d’avoir peur de blesser des gens sans le vouloir. J’aurais pu profité de cette période de célibat pour fréquenter encore plus de gens, mais petit à petit l’envie s’est tarie, et je préfère utiliser mes soirées pour écrire, peindre ou lire, plutôt que de dilapider mon temps sur des applis de rencontres, qui m’épuisent plus qu’elles ne m’amusent.

Respectez vous, aimez vous les uns dans les autres et tâchez de ne faire souffrir personne, et soyeux heureux.se.s, c’est ça le plus important à mes yeux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s