Le sexe oral

Pour continuer ma joyeuse découverte des pratiques sexuelles et sexualités, après l’auto sexualité, l’hypersexualité et le pegging, j’avais envie de vous parler aujourd’hui de sexe oral.

Je n’utiliserais pas le terme « préliminaires » car il induit pour moi que ces pratiques ne sont qu’une amuse bouche, une préparation pour la sacro sainte pénétration, et je crois qu’on a le droit de ne pas aimer la pénétration.

Pour vous parler de mon expérience personnelle, j’adore recevoir des cunnilingus, mais n’ai jamais eu encore l’occasion d’en donner, et depuis peu j’aime proposer des fellations, et l’idée d’en recevoir une
si je porte un gode ceinture par exemple m’excite au plus haut point.

Mais ça n’a pas toujours été le cas, pendant une grande partie de ma vie sexuelle, je jurais à qui veut l’entendre que je ne pratiquais pas la fellation, parce que je trouvais ça dégradant pour la personne qui la pratique, sale, et forcément humiliant.

Je me suis retrouvée plusieurs fois dans ma vie sexuelle a devoir en performer pour faire plaisir à l’autre mais sans en avoir aucune envie…

Heureusement, depuis quelques temps et grâce à un lent travail de déconstruction de ma sexualité, je sais ce que j’aime beaucoup, un peu ou pas du tout, et ça m’a permis d’avancer sur moi.

Mais si j’avais envie de vous parler du sexe oral, c’était aussi d’un point de vue historique, parce que pour beaucoup si ces pratiques se sont répandus c’est à cause de l’essor du porno dans les années 70 puis 80.

A l’époque de l’Antiquité romaine, le fait qu’un homme pratique une fellation était quelque chose d’honteux, et le terme « fellateur » était une insulte très péjorative, car il perdait de fait sa virilité et son statut social, par contre, les hommes recevant une fellation se subissaient pas de stigmate et c’était même plutôt bien vu.

A Pompéi, on trouve des fresques de scènes de fellations, ainsi que sur des papyrys de l’Egypte antique, la Rome Antique ou des bas-reliefs hindous, et on trouve des références à des fellations hétérosexuelles et homosexuelles dans la Vie des douze Césars de Suetone.

Plus proche de nous historiquement parlant,, on trouve des références à la fellation dans Relation de la maladie, de la confession,de la mort et de l’apparition du jésuite Berthier de Voltaire.

Dès l’origine de la sexologie, et jusqu’aux années 60, la fellation est considérée comme une pathologie, une perversion de l’instinct sexuel, instinct qui ne devrait pousser qu’à pratiquer des activités permettant la reproduction ( qu’est ce qu’on devait s’ennuyer à cette époque)

Ainsi, quand en 1952, le premier DSM sort, la fellation, le cunnilingus et la masturbation font partie des comportements pathologiques ( suis je la seule à en être hyper choquée ?)

A noter qu’il existe des variantes de la fellation, la gorge profonde et l’irrumation notamment, qui derrière ce si joli mot cache un face fucking en gros :p

Personnellement, je pense qu’aucune pratique sexuelle n’est sale ou dégradante en soi, que cela nécessite de la communication, de la douceur et le respect de chacun.e des partenaires, et qu’il est recommandé de porter un préservatif même pour la fellation à cause du risque d’attraper des IST/MST.

Concernant le cunni, j’avais envie de vous parler de son étymologie, le terme vient du latin cunnilinctus, de cunnus vulve, et lingere, lécher, et à l’origine le terme désigne la personne qui fait le cunni, pas l’opération. Au cours de mes recherches, je me suis également amusé à faire une petite liste des expressions les plus saugrenues pour moi pour parler de cette pratique : tarte au poil, faire minette, léchouille, broute-minou, brouter la pelouse, brouter le gazonnote , bouffer ou brouter la chatte ou la motte, brouter une moule, pratiquer une tyrolienne, descendre au barbu, descendre à la cave, gamahucher ( qui est officiellement mon terme préféré) ou encore gougnotter.

Au Quebec et au Nouveau Brunswick, on utilise plutôt « manger » et « se faire manger », tandis qu’en Haiti, on utilise « ti-boeuf »

Concernant les MST/IST, le cunni, comme toute pratique sexuelle n’est pas sans risque, alors il est conseillé de le pratiquer en aposant une digue dentaire sur la vulve ( digue dentaire qu’on peut acheter dans le commerce ou fabriquer grâce à une capote externe)

En Occident, sous l’Empire romain, le cunnilingus était fortement déprécié car considéré comme une pratique de soumission de l’homme envers la femme ( un peu sexiste ne trouvez vous pas ?)

Par contre, le cunni a une grande place dans le taoïsme chinois. Comme il considére les fluides corporels comme des fluides vitaux, et que les perdre provoque une baisse de la vitalité, et que les ingérer permet de retrouver une vitalité.

« La Grande Médecine des Trois Sommets se trouve dans le corps féminin
et se compose de trois sucs ou essences : l’un qui vient de la bouche
de la femme, un autre de ses seins et le troisième, le plus puissant,
de la Grotte du Tigre Blanc, qui se trouve au pied du Sommet du
Champignon Pourpre (le mont de Vénus). »

— Octavio Paz, Conjonctions et disjonctions

Selon Philip Rawson, ces métaphores mi-poétiques mi-médicinales expliquent la popularité du cunnilingus chez les Chinois :

Dans le taoïsme, cela doit être un échange de fluides, et toutes les personnes doivent en profiter, c’est en effet en mélangeant les fluides, que le taoïste va réconcilier les opposés et renouer avec l’époque où la séparation entre les sexes n’existait pas, période du qi initial.

L’historien des religions Mircea Eliade parle d’un désir semblable de dépasser la vieillesse et la mort, et accéder à un état de Nirvâna, dans la pratique hindoue du yoga tantrique.

Pour conclure, je dirais donc qu’aucune pratique sexuelle n’est forcément à rejeter d’office mais qu’une bonne communication active, et le respect du consentement de chacun est primordial, après vous pouvez bien faire du bien et vous faire du bien comme vous l’entendez.

Je vous recommande chaudement le livre Jouissance Club une cartographie du plaisir, de June Pla, qui propose plein de pistes, de conseils pour apprendre, ou s’améliorer dans ces pratiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s